La retraite des chauffeurs routiers

Expert Benoît Fruchard
Benoît Fruchard
Mis à jour le 13 octobre 2021

La profession de chauffeur routier regroupe différents secteurs d’activité, comme le transport de biens, de fonds ou de voyageurs. Pour leur retraite, les chauffeurs routiers relèvent du régime général. En raison de leurs conditions de travail particulières, ils peuvent cependant bénéficier de dispositifs spécifiques pour leur retraite.

Quel est le régime de retraite des chauffeurs routiers ? Quand peuvent-ils prendre leur retraite? Qu’est-ce que le Congé de Fin d’Activité (CFA) ? Focus sur la retraite des chauffeurs routiers.

Quelle est la caisse de retraite des chauffeurs routiers ?

Le métier de chauffeur routier comprend plusieurs activités, incluant le transport de biens ou de personnes. Il peut être exercé sous le statut de salarié, ou bien en tant qu’indépendant. Lorsqu’il est salarié, un chauffeur relève de la Convention collective nationale des transports routiers et des activités auxiliaires du transport.

Les chauffeurs routiers qui sont employés dans une entreprise de déménagement, de transport de marchandise, de fonds ou de personnes sont affiliés au régime général. Ils cotisent donc :

  • Pour la retraite de base, auprès de la Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse (CNAV).
  • Pour la retraite complémentaire, à l’Agirc-Arrco.

Certains chauffeurs routiers exercent également en tant que travailleurs non-salariés, par exemple sous le statut de micro-entrepreneur. Dans ce cas, il cotisent auprès de Sécurité Sociale des Indépendants (SSI), qui remplace le RSI. Pour leur retraite complémentaire, ils dépendent de la Retraite Complémentaire des Indépendants (RCI).

Quel est le montant moyen de la retraite d’un chauffeur routier ?

La moyenne de la retraite d’un chauffeur routier est de 1187 € par mois.

Ce montant va dépendre de différents paramètres. En effet, le mode de calcul n’est pas le même pour un chauffeur salarié que pour un indépendant. Dans les deux cas, la retraite à taux plein correspond toutefois à 50% de la rémunération moyenne perçue pendant les 25 meilleures années.

Par conséquent, il est difficile d’estimer précisément le montant de le montant de la retraite d’un chauffeur routier. Cependant, un routier expérimenté gagne en moyenne 28 500 € par an, hors frais de route. Ces derniers ne sont pas pris en compte dans le calcul de la retraite. Il peuvent pourtant s’élever à près de 850 € par mois pour les chauffeurs « grands routiers ».

Quel est l’âge de départ à la retraite des chauffeurs routiers ?

L’âge légal de départ à la retraite pour un routier est de 62 ans.

Malgré leurs conditions de travail particulières, les chauffeurs routiers sont soumis au même âge de départ à la retraite que les autres actifs. Il faut néanmoins distinguer entre l’âge légal de départ à la retraite, et l’âge de départ à taux plein.

  • L’âge légal, qui est l’âge à partir duquel l’assuré peut liquider ses droits à la retraite. Il est fixé à 62 ans. Pour percevoir sa retraite à taux plein, le chauffeur doit totaliser entre 167 et 172 trimestres, selon son année de naissance.
  • L’âge à taux plein, qui correspond à l’âge auquel le taux plein est accordé automatiquement. L’assuré perçoit donc sa retraite sans décote (ou minoration), même s’il ne totalise par le nombre de trimestres requis pour le taux plein. Il est fixé à 67 ans

Sous certaines conditions, les chauffeurs routiers peuvent cependant cesser leur activité avant l’âge légal, avec le Congé de Fin d’Activité, qui est un dispositif spécifique à leur profession.

Quelles sont les conditions de départ à la retraite des chauffeurs routiers ?

Le Congé de Fin d’Activité (CFA) est un dispositif permettant au chauffeur routier de partir en retraite anticipée à partir de 57 ans. Pour en bénéficier, il doit être employé par une entreprise adhérente de l’association FONGECFA-Transport. De plus, il doit totaliser au moins 26 années de service en tant que chauffeur routier pour le transport de marchandises ou de déménagements. Pour les transporteurs de fonds, cette durée est abaissée à 20 ans. Dans le transport de voyageurs, le dispositif est géré par l’AGECFA-Voyageurs. La durée de service requise est alors de 30 ans.

Concrètement, dans le cadre du CFA , le chauffeur démissionne tout en continuant à percevoir une partie de son salaire. Le taux qui lui est versé dépend de son âge au moment où il commence à bénéficier du dispositif :

  • 70 % en cas d’entrée dans le dispositif avant le 58ème anniversaire, 
  • 75 % en cas d’entrée entre 58 et 60 ans.
  • 80 % en cas de départ après le 60ème anniversaire.

Le CFA est financé par des cotisations, ainsi que par une subvention de l’Etat. Le taux de cotisation pour le CFA est fixé à 2,75 % de la masse salariale brute du personnel concerné, hors frais professionnels. La cotisation est répartie entre l’employeur et les salariés, respectivement à hauteur de 60 % et 40 % :

  • 1,65 % à la charge des entreprises.
  • 1,10 % à la charge des salariés.

Le CFA est également une mesure pour l’emploi. En effet, pour chaque salarié qui en bénéficie d’un départ anticipé, l’entreprise doit embaucher un chauffeur en CDI.

Comment faire une demande de retraite pour un chauffeur routier ?

Un chauffeur routier qui souhaite bénéficier du CFA peut en faire la demande de sa propre initiative dès lors qu’il remplit les critères requis. Aucune autorisation préalable de l’employeur n’est donc nécessaire. La demande doit être effectuée en ligne ou par courrier, directement auprès de FONGECFA-Transport, 4 mois avant la date de départ envisagée. Le chauffeur routier ne doit en aucun cas démissionner avant d’avoir obtenu l’accord de FONGECA-Transport.

Pour liquider ses droits à la retraite, le chauffeur routier doit en faire la demande 6 mois avant la date souhaitée de départ. Cette démarche peut être effectuée en ligne depuis le portail lassuranceretraite.fr. Depuis son espace sécurisé, l’assuré a la possibilité de compléter son dossier et de déposer les pièces justificatives nécessaires. Il peut ensuite suivre l’avancement de sa demande depuis la rubrique « Suivre ma demande en cours ». Cette démarche unique permet de liquider à la fois les droits au régime de base et au régime complémentaire.

Quelle est la pension de réversion des chauffeurs routiers ?

En cas de décès, la veuve ou le veuf d’un chauffeur routier a droit au versement d’une pension de réversion. Celle-ci correspond à une partie de la pension que le conjoint décédé percevait ou aurait perçu une fois à la retraite. Pour en bénéficier, il faut remplir certaines conditions :

  • Le couple devait être marié. Le concubinage ou le PACS ne donnent pas droit à une pension de réversion.
  • Le conjoint survivant doit avoir 55 ans au moins.
  • Le montant des ressources du conjoint survivant ne doit pas dépasser certaines limites. En 2021, le plafond est ainsi fixé à 21 798,4 € pour une personne seule et 34 877,44 € pour un couple.

Dans le régime de base, la pension de réversion correspond à 54 % de la pension de retraite de l’assuré décédé. En 2021, son montant annuel doit être compris entre 3 492,37 € et 11 106,72 €. La pension de réversion n’est cependant versée que dans la limite du plafond de revenus applicable au conjoint décédé. Son montant peut donc être ajusté selon les fluctuations de revenus du conjoint survivant. Dans certains cas, la pension de réversion peut être majorée.

Le versement de la pension de réversion n’est pas automatique. Une demande doit être effectuée sur le site info-retraite.fr dans la rubrique « Demander ma réversion ». Si la pension est accordée (dans un délai de 4 mois), le droit est établi à la date du 1er du mois suivant le dépôt de la demande.

Qu’est-ce que la réforme des retraites peut changer pour les chauffeurs routiers ?

Le projet de réforme des retraites défendu par le gouvernement d’Emmanuel Macron entend instaurer un système de retraite universel à points. Comme tous les actifs, les chauffeurs routiers seront concernés par les changements introduits par la réforme. Il s’agit par exemple du changement du mode de calcul de la retraite, qui prendra en compte l’ensemble de la carrière, et non plus les 25 meilleures années. En principe la réforme commencera à s’appliquer à la génération née en 1975.

Pour les chauffeurs routiers, le projet de réforme des retraites a crée une inquiétude particulière. En effet, la réforme envisageait une disparition du CFA, qu’il était déjà question de supprimer d’ici 2022. Les chauffeurs routiers se sont donc fortement mobilisés afin de demander le maintien du dispositif. La ministre de la Transition écologique, Elisabeth Borne, a depuis assuré que le CFA continuerait d’exister dans le nouveau système universel.

La réforme prévoit également un changement des règles de calcul de la pension de réversion. Désormais, celle-ci ne sera plus de 54% de la retraite du conjoint décédé, mais permettra d’atteindre au total 70% du montant cumulé des retraites du couple. Cette modification pourra s’avérer plus protectrice si le conjoint décédé percevait des revenus plus importants.

Il est nécessaire de remplir ce champs.
Votre nom est requis.