Quel est notre avis sur l’assurance vie Retraite mutualiste du combattant ?

Expert
Par Benoît Fruchard
Mis à jour le 02 octobre 2022

Militaires en opération extérieure, victimes de guerre, titulaires d’un TRN… Tous ont droit à un produit d’épargne retraite dédié : la retraite mutualiste du combattant. Ce contrat un peu spécial, basé sur une assurance-vie en euros mais avec un fonctionnement propre, est à notre avis une bonne solution pour préparer sa retraite future. Quels sont les avantages de la retraite mutualiste du combattant ? Qui y a droit ? Où souscrire ? Voyons ensemble tout ce qu’il y a à savoir sur ce support d’épargne ! 

Faites appel à un expert de l’assurance vie pour trouver la meilleure solution selon votre situation !

La retraite mutualiste du combattant, c’est quoi ? 

La retraite mutualiste du combattant est un produit d’épargne pour les anciens combattants ou victimes de guerre. Elle leur permet d’épargner pendant une certaine durée afin de percevoir, une fois à la retraite, une rente viagère, et donc des revenus complémentaires. 

Dans les faits, la retraite mutualiste du combattant est un contrat d’assurance-vie. En y souscrivant, vous bénéficierez non seulement de la fiscalité avantageuse propre à ce contrat, mais pas seulement. D’autres avantages fiscaux, spécifiques à la retraite mutualiste du combattant, sont aussi prévus. Le plus important est certainement la déductibilité des sommes que vous versez de vos revenus imposables

Le montant de cette retraite mutualiste du combattant dépendra des efforts d’épargne de l’assuré. Plus il mettra de côté sur le contrat, plus la rente sera importante. Elle sera en plus majorée par l’État ! Autre avantage non négligeable, donc.  

Au décès de l’assuré, le capital du contrat pourra, sous certaines conditions, être transmis aux bénéficiaires qu’il aura désignés. Le tout dans le cadre fiscal avantageux de l’assurance-vie ! 

Il est dans certains cas possible de récupérer le capital de sa retraite mutualiste du combattant. On parle alors de « rachat total d’une retraite mutualiste du combattant ». Il faudra toutefois être en mode « réservé ». Nous en parlons juste en dessous. 

Comment fonctionne la retraite mutualiste du combattant ?

Le montant de la retraite mutualiste du combattant sera impacté par le choix fait par l’épargnant au départ. Il devra opter pour l’un de ces deux modes

Vous l’aurez compris, ces deux modes répondent à des objectifs différents. Le premier vise plutôt à favoriser la transmission, tandis que le second vise à maximiser les revenus complémentaires à la retraite. C’est à l’assuré et à lui seul de faire ce choix. Il est possible de changer de mode en cours de route, mais bien sûr, uniquement pour « le futur ». 

Les versements sur le contrat sont libres. La rente de la retraite mutualiste du combattant a toutefois un plafond : 1881,25 euros en 2022 (rente majorée, donc en mode aliéné). 

La RMC est un contrat d’assurance-vie monosupport. Tout le capital sera donc placé sur un support unique : le fonds en euros. Elle n’offre aucune solution de diversification (à l’inverse d’une assurance-vie multisupport). La rémunération du contrat sera donc assez faible (entre 0,5 et 1,5 % en moyenne, selon les contrats). 

La date de liquidation minimum (le moment où le capital sera transformé en rente) est prévue d’avance, et fixée dans le contrat. Elle dépend de l’âge qu’a l’assuré au moment de l’adhésion. 

Par exemple, si l’adhésion a lieu avant 50 ans, la durée minimale de cotisation sera de 10 ans. À 55 ans, elle passe à 5 ans minimum. 

La rente viagère pourra quant à elle être perçue, au plus tôt, à 50 ans. Il faudra donc avoir commencé à cotiser tôt. La rente peut d’ailleurs, sous certaines conditions, être réversible au conjoint (en cas de décès). 

Qui a droit à la retraite mutualiste du combattant ? 

La retraite mutualiste du combattant est ouverte aux anciens combattants et victimes de guerre. Pour pouvoir y souscrire, il faudra remplir l’une des 3 conditions suivantes

Les civils peuvent aussi obtenir le TRN s’ils ont été en mission spéciale plus de 90 jours, ou qu’ils ont été blessés ou ont contracté une maladie. 

La retraite mutualiste du combattant peut être accordée sans condition d’âge ou de formalités médicales. Il n’y a pas d’âge limite pour y adhérer. 

Si vous percevez déjà cette retraite mutualiste du combattant, vous pourrez quand même continuer vos versements, à la condition bien sûr que la rente que vous touchez soit inférieure au plafond de la rente majorée (1881,25 euros en 2022).

Faites appel à un expert de l’assurance vie pour trouver la meilleure solution selon votre situation !

Quels sont les avantages de la retraite mutualiste du combattant ?

La retraite mutualiste du combattant est, à notre avis, un bon support pour se constituer une rente viagère. Pour ceux qui y ont droit, elle se pose en vraie alternative à l’assurance-vie « classique ». 

Son premier avantage est sa fiscalité privilégiée. Étant un contrat d’assurance-vie, elle profite de son cadre fiscal. Mais elle a un bel avantage en plus, que l’assurance-vie traditionnelle n’a pas : les versements réalisés sont déductibles des revenus imposables

Autre avantage non négligeable : la rente viagère est majorée par l’État ! Entre 12,5 et 60 % en l’occurence, selon :

La rente sera ensuite revalorisée chaque année, pour contrer les effets de l’inflation. Autre point fort, donc ! 

Quelle est la fiscalité applicable à la retraite mutualiste du combattant ? 

La retraite mutualiste du combattant présente deux avantages fiscaux : 

Le fait de pouvoir déduire les versements est un vrai point fort du contrat. Car cela vous permet au final de diminuer votre impôt, tout en épargnant pour votre retraite. Si vous êtes fortement imposé, cela est d’autant plus intéressant. 

Pour ce qui est de la fiscalité au décès (si vous avez opté pour la rente « réservée »), ce sera celle de l’assurance-vie qui s’appliquera. Le capital sera traité hors succession (décès avant 70 ans), et les bénéficiaires auront droit à de confortables abattements sur la somme reçue. 

La rente viagère sera quant à elle exonérée : 

Tous ces éléments font de la retraite mutualiste du combattant une excellente solution pour préparer sa retraite future. 

Où souscrire à l’assurance vie Retraite mutualiste du combattant ?

La retraite mutualiste du combattant répond à deux objectifs majeurs : se préparer une rente viagère pour la retraite, et transmettre un capital au décès (dans le cas de la rente « réservée »). Si ces objectifs sont les vôtres, voyons maintenant où ouvrir votre contrat. 

La Carac commercialise la retraite mutualiste du combattant. Pour parler à un conseiller ou lancer la procédure d’ouverture, plusieurs solutions : 

Il est aussi possible d’ouvrir votre contrat retraite mutualiste du combattant auprès d’AGPM et d’autres organismes. 

Comment faire une simulation de retraite mutualiste du combattant ?

Nous l’avons dit, la retraite mutualiste du combattant vous laisse le choix entre deux options

Pour bien choisir, il pourrait être judicieux de passer par un simulateur de retraite mutualiste du combattant. Malheureusement, la Carac n’en propose pas sur son site. Ce que vous pourrez toutefois faire, c’est contacter un conseiller Carat afin d’avoir des exemples de ce que pourrait donner la rente retraite mutualiste du combattant dans votre situation. 

En fonction de ce que vous souhaiterez épargner, de votre âge ou encore de la durée de cotisation, il sera possible d’estimer le montant de la rente, en mode aliéné ou réservé. Nul doute que cela vous aidera à choisir ! 

Faites appel à un expert de l’assurance vie pour trouver la meilleure solution selon votre situation !

Il est nécessaire de remplir ce champs.
Votre nom est requis.
L'e-mail est requis. Si vous ne voulez pas le donner, écrivez [email protected]