Cleerly 11 minutes de lecture

Que choisir entre le PEA et l’assurance vie ?

Expert Benoît Fruchard
Posté par
Benoît Fruchard
Mis à jour le
02 novembre 2023

L’assurance vie et le plan d’épargne en actions sont des produits d’épargne massivement utilisés par les français. Toutefois, leur fonctionnement est souvent mal compris alors que leurs atouts respectifs en font deux enveloppes que chacun se doit de connaitre et d’utiliser à bon escient. S’il existe différents dispositifs d’épargne, c’est qu’il y a une bonne raison. La réponse est simple, c’est parce qu’ils correspondent à des objectifs différents. Certains épargnants souhaitent réaliser des gains importants tandis que d’autres veulent s’assurer que leur capital sera en grande partie conservé. Le choix entre l’assurance vie et le PEA se fait donc en fonction de vos besoins. Afin de vous y aider, nous vous invitons à suivre notre présentation comparative.

Ouvrez une assurance vie avec un rendement de 7% !

Quelles différences entre le PEA et l’assurance vie ?

L’assurance vie et le PEA sont des dispositifs financiers à destination des particuliers. Ils se rapprochent sur deux points : objectif de valorisation du capital et avantages fiscaux. Ils sont cependant dissemblables au niveau de leur fonctionnement et des possibilités de placement. Comment faire le bon choix en fonction de vos besoins et de votre profil investisseur ? On vous aide à y voir plus clair.

PEAAssurance vie
Conditions relatives au souscripteurMajeur
Résidence fiscale en France
Pas de conditions d’âge
Ouvert au non-résidents fiscaux français
Nombre de comptes autorisés1 compte
2 comptes si combinaison avec PEA PME
Illimité
Plafond des versements150 000 € pour PEA classique
225 000 € pour PEA PME
Illimité
Retrait de fondsContraignants pendant les 5 premières annéesPossible à tout moment
TransfertPossible entre deux établissements différentsLimité à l’établissement d’origine
Périmètre d’investissement géographiqueFrance
Union européenne
Espace économique européen
Illimité
Placements autorisésActions ; OPCVM ; trackers ; certificats d’investissement ; certificats mutualistes ; parts de sociétéObligations ; OPCVM ; actions ; trackers ; investissements immobiliers
Garantie sur le capital verséNonGarantie sur le fonds en euros
FraisRéglementés et peu élevésVarient en fonction de l’établissementPeuvent être élevés
FiscalitéDélai d’application de l’avantage fiscal : 5 ansExonération des 12,8 % de PFLPas d’exonération des 17,2% de prélèvements sociauxDélai d’application de l’avantage fiscal : 8 ansExonération d’impôt à hauteur de 4 600 € (9 200 € pour un couple)Allègement fiscal de 4 600 à 150 000 € (PFL fixé à 7,5% au lieu de 12,8%)Pas d’exonération des 17,2% des prélèvements sociaux
Transmission du patrimoine en cas de décèsPas possibleCapital soumis à l’impôt sur les successionsPossibleExonération d’impôt sur les successions importante (voir ci-dessus)
Différence entre le PEA et l’assurance vie

Ce tableau montre que les différences entre l’assurance-vie et le PEA sont nombreuses. Afin de vous simplifier la décision, voyons ensemble les éléments qui peuvent faire pencher la balance plutôt d’un côté que de l’autre, en fonction de votre profil investisseur.

Comparer l’assurance-vie et le PEA suppose également de se demander si ce type de placement est fait pour vous. Ces deux supports d’investissement présentent certaines similitudes qui peuvent ne pas convenir à tous les épargnants.

Quels sont les points communs entre l’assurance-vie et le PEA ?

L’antériorité fiscale

Dans le cas de l’assurance-vie, comme dans celui du PEA, il faut savoir s’armer de patience les premières années. Mais s’il est nécessaire de détenir son contrat un certain temps avant de bénéficier de l’antériorité fiscale, les conditions ne sont pas tout à fait les mêmes :

  • Avec le PEA, vous ne disposez pas de vos fonds comme vous l’entendez pendant les 5 premières années. Si vous procédez à un retrait d’argent, votre PEA est automatiquement clôturé. Vous bénéficiez aussi d’une exonération des 12,8% du PFL (prélèvement forfaitaire libératoire) après 5 ans ;
  • Avec l’assurance-vie, le PFL est réduit à 7,5% et vous bénéficiez d’un abattement annuel de 4 600 € après 8 ans seulement (9 200 € pour un couple).

Dans les deux cas, vous n’êtes pas exonérés des prélèvements sociaux sur les plus-values, qui s’établissent à 17,2% en 2024.

L’assurance-vie et le PEA sont donc deux placements qui s’envisagent sur le long terme et ne sont pas liquides les premières années.

La clôture du compte au décès du souscripteur

Dans les deux cas, les comptes sont clôturés au décès du souscripteur. Il n’est donc pas possible de léguer son PEA ou son assurance-vie aux bénéficiaires du contrat.

En ce qui concerne le PEA, il est néanmoins possible de transférer les actions sur un compte-titre ordinaire, mais cette solution ne comporte que peu d’intérêt. Le bénéficiaire perd en effet tous les avantages fiscaux du PEA.

Comparez les 12 meilleures assurances vie

Dans quels cas choisir une assurance-vie ?

Si vous êtes en quête de flexibilité

L’assurance vie se caractérise par sa souplesse. Vous pouvez en ouvrir autant que vous voulez. Vos versements ne sont pas limités et vous êtes libre de faire des retraits d’argent à tout moment.

L’assurance-vie conviendra tout autant aux profils prudents que dynamiques, grâce à ses nombreuses possibilités. 

Les personnes prêtes à prendre des risques disposent d’un choix étendu d’unités de compte pour constituer leur portefeuille d’investissement. Elles peuvent tout aussi bien investir dans des Sicav que dans des ETF, des produits structurés ou encore, dans l’immobilier avec les SCPI et les SCI.

Les profils prudents trouveront leur bonheur dans l’assurance-vie grâce à la possibilité de placer l’essentiel de leur épargne en fonds euros mais aussi dans des obligations ou des produits structurés à capital garanti. Le capital garanti du fonds euros est un argument en faveur de l’assurance-vie, car le PEA n’offre pas un tel niveau de sécurité.

Dans les moments de doute ou lors d’un contexte incertain, vous pourrez facilement arbitrer en faveur du fonds euros, sans être obligé d’effectuer des retraits.

Si vous comptez fractionner vos rachats

La fiscalité de l’assurance-vie est intéressante dès lors que vous n’effectuez pas de retrait avec plus de 4 600 € de plus-value. En effet, c’est le montant d’abattement annuel sur les plus-values après 8 ans de détention.

Si vous disposez de sommes importantes sur votre contrat d’assurance-vie, ces montants peuvent être rapidement dépassés. Dès lors, il convient de planifier les retraits pour ne pas subir les 7,5% de Prélèvement Forfaitaire Libératoire (PFL). L’assurance-vie conviendra donc aux personnes qui peuvent anticiper leurs rachats, condition nécessaire à l’optimisation de votre contrat. 

Par ailleurs, si vous comptiez ouvrir plusieurs assurances-vie pour augmenter le plafond d’abattement sur les plus-values, sachez que ce n’est pas possible. Vous bénéficiez de 4 600 € d’abattement sur l’ensemble de vos contrats (9 200 € pour un couple).

Si vous souhaitez anticiper votre succession

Le dispositif de l’assurance vie prévoit la transmission du capital en cas de décès. L’assurance-vie présente surtout l’avantage de ne pas rentrer dans l’actif successoral, sa fiscalité est donc très avantageuse. Les primes versées aux bénéficiaires sont exonérées d’impôt sur les successions jusqu’à un certain seuil :

  • Part des versements effectués jusqu’à l’âge de 70 ans du souscripteur :
    • Exonération d’impôt à hauteur de 152 500 € pour chacun des bénéficiaires.
    • 20 % d’impôt entre 152 500 € et 852 500 €.
    • 31,25 % d’impôt au-delà de 852 000 €.
  • Part des versements effectués après l’âge de 70 ans du souscripteur :
    • Exonération d’impôt à hauteur de 30 500 € pour l’ensemble des bénéficiaires.
    • Application du barème de l’impôt sur les successions au-delà de 30 500 €.

Dans quels cas choisir un PEA ?

Si les frais sont votre premier critère

Les frais de gestion du PEA sont généralement moins élevés comparés à l’assurance vie.

Le PEA vous permet d’investir dans des titres vifs, ce qui limite les frais car l’intervention du gestionnaire est minime. Même si vous devez investir dans des actions européennes, vous avez accès à un très grand nombre d’actions d’entreprises.

Votre portefeuille peut avoir un rendement performant, selon le choix de vos placements.

Si vous êtes fin connaisseur des marchés

Comme vous investissez dans des titres vifs, votre portefeuille peut connaître de très forts rendements, selon le choix de vos placements. Les personnes qui connaissent les marchés ou qui ont de fortes convictions peuvent donc avoir intérêt à choisir cette option. Elle s’avère en revanche périlleuses pour les novices, car le risque de perte en capital est donc réel.

Si vous envisagez de changer d’établissement

Le transfert d’un PEA avec conservation de l’antériorité fiscale est relativement simple. Cette opération est possible entre deux établissements différents, ce qui n’est pas le cas avec l’assurance-vie.

Quels sont les inconvénients de l’assurance vie ?

Les fonds euros ont un rendement faible (2,60% en 2023 selon l’ACPR vs une inflation supérieure à 5%). Il faut compter sur les contrats multisupports pour booster les performances de son contrat. Les unités comptes permettent d’effectuer des placements plus risqués et donc potentiellement plus profitables. Cependant, vous aurez rarement la possibilité d’acheter des titres vifs (vous devrez investir dans des NFT, Sicav ou ETF par exemple, qui ne permettent qu’un accès indirect au marché action).

Les frais de gestion pratiqués peuvent se révéler importants. Vos gains s’en trouveront réduits, surtout s’ils proviennent essentiellement du fonds en euros dont le rendement n’est déjà pas élevé. Veillez donc à comparer soigneusement les frais pratiqués par les assureurs avant de souscrire. Chez Cleerly, nous comparons les assurances-vie pour vous permettre de faire le tri entre les bons contrats d’assurance-vie (peu de frais, nombreuses unités de compte…) et les mauvais.

Le transfert d’une assurance-vie en gardant l’antériorité fiscale est possible, mais seulement auprès du même assureur. Cela limite grandement les possibilités, notamment si vous avez une assurance vie dans votre banque.

Quels sont les inconvénients du PEA ?

Le plafond de versement peut entraver vos ambitions si vous comptez acquérir de nombreuses actions à partir d’un capital très important. Au-delà de 150 000 €, il vous faut souscrire un compte-titre ordinaire, dispositif financier qui ne comporte aucun avantage fiscal.

La gamme d’investissements possibles est relativement limitée par rapport à l’assurance-vie. L’espace géographique et les types de placements sont également réduits.

Vous n’avez aucune garantie sur la récupération du capital que vous avez versé. La valeur de celui-ci dépend de la rentabilité de vos investissements.

Contrairement à l’assurance-vie, le PEA rentre dans l’actif successoral du défunt et les bénéficiaires devront donc s’acquitter de droits de succession. Il existe néanmoins un PEA plus avantageux à ce niveau précis : le PEA assurance. Il permet de bénéficier d’abattements similaires à ceux de l’assurance-vie.

Assurance vie et PEA : deux supports complémentaires

Si vous hésitez entre assurance vie et PEA, vous pouvez résoudre ce problème en souscrivant aux deux. Cumuler une assurance-vie et un PEA vous permet de bénéficier des avantages de chacun, tout en limitant les inconvénients en faisant les bons choix aux bons moments.

En répartissant votre capital sur chacun des dispositifs, vous pouvez parvenir à bien le valoriser tout en jouant la prudence :

  • L’assurance vie vous garantit de récupérer au moins une partie de vos fonds et constitue un des meilleurs moyens de transmission de votre patrimoine.
  • Le PEA a la capacité de faire fructifier vos placements si ceux-ci se révèlent être très rentables.

Cette combinaison est d’autant plus judicieuse qu’avec le PEA vous ne pouvez pas verser plus de 150 000 € (porté à 225 000 si vous souscrivez à un PEA PME). Si vous penchez davantage pour le PEA, la souscription d’une assurance vie peut vous permettre de poursuivre vos investissements sous d’autres formes.

Enfin, en ouvrant à la fois à un PEA et une assurance vie vous récoltez les fruits de leurs avantages fiscaux respectifs. Cela a un impact important sur le montant net de vos gains.

Découvrez notre comparatif des principaux contrats et les points-clés pour choisir l’assurance-vie
Quelle différence de fiscalité entre PEA et assurance-vie ?

Vous n’avez que 5 ans à attendre pour bénéficier de l’avantage fiscal avec le PEA, contre 8% avec l’assurance-vie. Si vous pensez faire des rachats annuels importants, le PEA peut s’avérer plus avantageux car l’abattement sur les plus-values n’est que de 4 900 € avec l’assurance-vie. En revanche, la fiscalité à la succession est plus intéressante avec l’assurance-vie.

Est-il intéressant de cumuler un PEA et une assurance-vie ?

C’est une bonne idée, car les avantages diffèrent. L’assurance-vie a pour principaux atouts l’accès à de nombreux placements (sécurisés ou plus risqués), une grande flexibilité (retraits possibles à tout moment, versements sans plafonds, diversité géographique…) et l’exonération des droits de succession. Le PEA est intéressant du point de vue des frais, des perspectives de rendement pour les connaisseurs et de la fiscalité en cas de retrait après 5 ans.

L'auteur

Benoît Fruchard

Fondateur de Cleerly - Conseiller en gestion de patrimoine

Benoît Fruchard est passionné de finances personnelles depuis son plus jeune âge. Après une licence d'économie à l'Université de Nantes puis un Master à l'Université de Bordeaux, il rentre en école de commerce à Rouen. Il a travaillé 2 ans au sein de la BNP Paribas puis 5 ans chez un courtier en ligne. En 2021, il a créé Cleerly, un cabinet en gestion de patrimoine et un site pour démocratiser les finances personnelles... en savoir plus

Votre nom est requis.
L'email est requis. Il ne sera pas publié.
Il est nécessaire de nous dire quelque chose.