Cleerly 9 minutes de lecture

Quelle est la meilleure allocation d’actifs ? Exemple

Expert Benoît Fruchard
Posté par
Benoît Fruchard
Mis à jour le
04 septembre 2023

Investir et placer son capital implique de choisir les actifs de votre portefeuille de gestion. Pour obtenir un rendement – risque en adéquation avec votre profil, vous devez diversifier vos placements. C’est ce que l’on appelle l’allocation d’actifs ! Mais quelle stratégie adopter ? Comment choisir les actifs d’un portefeuille de gestion ? On vous aide à mettre en place la meilleure allocation d’actifs possible (avec un exemple en fin d’article) !

Qu’est-ce qu’une allocation d’actifs ?

L’allocation d’actifs désigne la répartition de votre portefeuille d’investissement entre les différents titres financiers existants. Concrètement, cela consiste à diversifier votre portefeuille de gestion en allouant une part de votre capital à différents actifs.

En effet, diversifier vos placements permet de réduire le risque, mais aussi de trouver le meilleur rapport rentabilité/risque.

De même, le choix des actifs doit être réalisé en fonction de votre profil investisseur. Votre appétence au risque, votre âge et votre situation patrimoniale seront des facteurs déterminants pour choisir la meilleure allocation d’actifs possibles.

Contactez un expert en gestion de patrimoine

Quels sont les différents types d’actifs ?

Avant de parler de stratégie d’allocation d’actifs, rappelons quels sont les différents types d’actifs :

  • Les actions : Vous achetez des parts de sociétés cotées en bourse. Ces actifs sont par principe risqués, car plus volatils. Ils sont sensibles à l’évolution du marché. Néanmoins, ils offrent un rendement performant sur le long terme pouvant atteindre les 7% en moyenne annuelle lissée.
  • Les obligations : il s’agit des fonds euros d’assurance vie qui sont moins risqués que les actions ! En effet, le risque de perte de capital est quasi inexistant. Leur rendement reste stable dans le temps. Pour information, il était de 1,2 % en 2021.
  • Les produits monétaires : Ce sont les comptes épargnes rémunérés tels que le livret A, LDDS, LEP… Cette classe d’actifs offre le rendement le plus faible. Mais, les investisseurs peuvent récupérer les fonds à tout moment. Ainsi ce type de placement est à privilégier pour se constituer une épargne de précaution ou dans l’attente de meilleures opportunités d’investissement.
  • L’immobilier : Le placement préféré des Français, toujours considéré comme une valeur refuge. En outre, l’immobilier peut générer une forte rentabilité. Vous pouvez acquérir votre résidence principale, réaliser un investissement locatif, acheter des parts de SCPI, ou encore d’actions SIIC. L’investissement pierre papier permet d’investir dans l’immobilier à partir de quelques milliers d’euros. Bien que moins volatil que la bourse, l’immobilier n’est pas à l’abri de l’évolution du marché pouvant entraîner une baisse de sa valeur.
  • Les matières premières : Que ce soit, l’or, l’argent, le pétrole, le blé, lé gaz… Les matières premières sont liées à l’évolution de l’économie. Ce qui en fait une classe d’actifs très volatiles. Aussi le risque de perte de capital est important notamment sur le court terme.
  • Les placements atypiques : Ce type de placement relève plus de la spéculation. Au même titre que les matières premières, ils ne doivent représenter qu’un faible pourcentage de votre allocation d’actifs (entre 5% et 10%). Cela peut être des investissements dans des œuvres d’art, dans des vins de grand cru, des montres, de la cryptomonnaie, des voitures de collection…

Ainsi, les différents actifs qu’ils soient boursiers, immobiliers ou alternatifs vous offrent l’opportunité de diversifier votre portefeuille et donc de réduire les risques.

Pourquoi diversifier les actifs d’un portefeuille de gestion ?

L’allocation d’actifs permet d’équilibrer votre portefeuille entre des placements risqués et volatils comme la bourse et des placements plus sécurisés comme l’immobilier, ou encore le fonds euros.

Les objectifs de l’allocation d’actifs sont principalement de :

  • Limiter les risques liés aux évolutions du marché
  • Sécuriser votre capital au maximum, sachant que le risque 0 n’existe pas
  • Trouver le bon ratio rendement/risque

Généralement, un investissement sur le long terme est plus risqué, mais offre de meilleures perspectives de rendement. En effet, la fluctuation des marchés et l’inflation peuvent jouer sur la valeur de vos placements.

Ainsi, l’allocation d’actifs permet aussi de se protéger contre les variations de l’économie qui sont par nature cycliques. En diversifiant et en adaptant votre portefeuille d’actifs, vous limitez ainsi les risques.

Mais voyons tout de suite comment mettre en place une allocation stratégique d’actifs !

Comment choisir les actifs d’un portefeuille de gestion ?

Avant de choisir les actifs de votre portefeuille de gestion, vous devez définir vos objectifs, notamment votre horizon d’investissement. De même, les actifs doivent être choisis en fonction de votre profil investisseur, de votre âge, de votre aversion au risque et de votre situation financière.

En résumé, l’allocation d’actifs de votre portefeuille vous est propre. Néanmoins, vous pouvez opter pour une allocation d’actifs stratégique ou tactique. Explications !

Contactez un expert en gestion de patrimoine

Qu’est-ce qu’une allocation d’actifs stratégique ?

L’allocation d’actifs stratégique permet de définir la répartition de vos placements en fonction de votre profil investisseur. Ainsi, le pourcentage de votre patrimoine que vous allouez aux différents actifs dépendent des critères suivants :

  • L’objectif de l’investissement : Valoriser votre capital, constituer un patrimoine, sécuriser votre épargne…
  • L’horizon d’investissement déterminé par l’âge
  • L’aversion au risque qui est propre à chacun

Ainsi, le niveau de volatilité maximale sera adapté à votre profil, par exemple :

  • Un jeune investisseur dont l’objectif est la croissance de son capital sera prêt à prendre plus de risques à court terme. Dans ce cas, son portefeuille sera alors composé d’une majorité d’actions.
  • Un investisseur à la retraite cherchera à préserver son capital en minimisant la volatilité. Son portefeuille sera alors composé d’actifs moins risqués tels que des obligations ou des placements immobiliers.
  • Un individu avec de très hauts revenus mais peu de patrimoine, pourrait tendre vers des stratégies de défiscalisation. Il aurait alors tout intérêt à allouer une part importante de son portefeuille à des dispositifs comme les SCPI de déficit foncier ou le Girardin Industriel.
  • Un héritier qui recevrait une grosse somme d’argent d’un coup et disposerait de revenus moyens devrait au contraire privilégier des placements pouvant lui apporter un complément de revenus intéressants. S’il veut investir sur le long terme et n’a pas trop d’aversion au risque, il pourrait choisir de mettre la majorité de son épargne sur le marché action ou dans des produits structurés et pourrait diversifier avec des SCPI de rendement. Il devra être plus prudent et choisir des actifs moins risqués s’il souhaite débloquer cette épargne à court ou moyen terme.

Rappelons-le, tout dépend de l’aversion au risque de l’investisseur qui le conduira à adopter une allocation d’actifs stratégique plus ou moins défensive.

Par ailleurs, un portefeuille d’actifs ne se construit pas à partir du rendement espéré, mais en fonction du risque encouru. En effet, lors d’un investissement sur le long terme, vous devez être prêt à traverser les crises. C’est pourquoi vous devez rééquilibrer votre portefeuille d’actifs de temps en temps afin de l’adapter à votre aversion au risque.

En résumé, l’allocation d’actifs stratégique passive et de type « buy-and-hold » que l’on peut traduire par « acheter et conserver » reste une approche simple pour constituer et gérer son portefeuille d’actifs. En effet, elle se focalise surtout sur votre profil, sans tenir compte de la valorisation du marché ou encore de l’évaluation des opportunités.

Qu’est-ce qu’une allocation d’actifs tactique ?

Contrairement à l’allocation d’actifs stratégique qui définit plus ou moins une répartition fixe de votre portefeuille, l’allocation tactique permet d’ajuster la répartition des actifs de manière active.

En effet, elle tient compte de la situation actuelle du marché, prend en compte les probabilités d’évolution des actifs à court et moyen terme.

Ainsi l’allocation d’actifs tactique est influencée par la valorisation et l’évolution des actifs.

Cela consiste à étudier le niveau de valorisation des actions et d’adapter votre portefeuille selon l’évolution du marché boursier. Pour cela, vous diminuez ou augmentez la proportion d’actions au sein de votre portefeuille.

En résumé, l’allocation d’actifs tactique permet d’ajuster son portefeuille en visant une amélioration du ratio rendement/risque en fonction des fluctuations du marché. Néanmoins avec cette stratégie tactique, vous n’êtes pas à l’abri d’une erreur d’appréciation. En conséquence, elle peut aboutir à l’effet inverse en augmentant la volatilité ou en diminuant les rendements.

Exemple d’allocation d’actifs

Vous l’avez compris, l’allocation d’actifs est propre à chacun ! Dynamique, équilibrée, défensive, tout dépend de votre profil !

Par exemple, une répartition dynamique consiste à détenir une forte proportion d’actifs risqués offrant un rendement performant. Tandis, qu’une répartition défensive comporte trop d’épargne de précaution ayant un rendement peu performant.

Aussi, nous avons choisi un exemple d’allocation d’actifs équilibrée. Concrètement, il s’agit d’obtenir un ratio rendement/risque correct permettant de préserver votre patrimoine sur le long terme.

Ainsi, vous pouvez par exemple diversifier vos actifs de cette façon :

  • Un livret A sur lequel vous déposez une épargne de précaution.
  • Fonds euros en assurance-vie à hauteur de 45 % de votre capital. Ainsi vous réalisez un investissement sécurisé.
  • Actions à hauteur de 25% de votre capital. Actifs plus volatils, mais permettant un rendement plus performant sur le long terme.
  • L’immobilier à hauteur de 25% de votre capital : Investissement en direct ou pierre-papier, tout dépend de votre capital à investir et de votre désir de gérer en direct. Néanmoins l’investissement pierre-papier permet de diversifier en investissant dans divers SCPI. Vous pouvez aussi choisir le crowdfunding, plus risqué, mais offrant un rendement moyen de 8%.
  • Les placements atypiques à hauteur de 5% : Ce type d’investissement permet de se décorréler des marchés financiers. Ainsi vous pouvez choisir l’or, la cryptomonnaie, les montres, le vin, les groupements forestiers…

Bien entendu, il ne s’agit que d’un exemple ! Nous l’avons vu, il n’y a pas d’allocation d’actifs idéale. Certains pourraient trouver cette allocation trop prudente et préfèreront mettre une proportion plus  importante dans des actifs risqués. Tout dépend encore une fois de de votre horizon d’investissement et de votre aversion au risque. De même, vous devez aussi penser à optimiser votre portefeuille.

Contactez un expert en gestion de patrimoine
Quels sont les différents types d’actifs ?

Parmi les actifs les plus courants, on trouve les actions, l’immobilier (investissement direct ou en SCPI), les produits monétaires (comme les comptes épargne) et les obligations. On trouve aussi des placements plus atypiques (les montres, le vin, les œuvres d’art, l’or, les cryptomonnaies…).

Pourquoi diversifier les actifs d’un portefeuille ?

L’allocation d’actifs permet d’équilibrer votre portefeuille entre des placements risqués et volatils comme la bourse et des placements plus sécurisés comme l’immobilier, ou encore le fonds euros. Elle permet aussi de mettre en place des stratégies en fonction de la conjoncture économique et vous aurez le choix de ce que vous souhaitez débloquer lors de retraits partiels.

L'auteur

Benoît Fruchard

Fondateur de Cleerly - Conseiller en gestion de patrimoine

Benoît Fruchard est passionné de finances personnelles depuis son plus jeune âge. Après une licence d'économie à l'Université de Nantes puis un Master à l'Université de Bordeaux, il rentre en école de commerce à Rouen. Il a travaillé 2 ans au sein de la BNP Paribas puis 5 ans chez un courtier en ligne. En 2021, il a créé Cleerly, un cabinet en gestion de patrimoine et un site pour démocratiser les finances personnelles... en savoir plus

Votre nom est requis.
L'email est requis. Il ne sera pas publié.
Il est nécessaire de nous dire quelque chose.