Cleerly 11 minutes de lecture

Comment choisir entre un PER et un PEA ?

Expert
Posté par
Benoît Fruchard
Mis à jour le
09 mai 2024

Parmi les placements les plus populaires des dernières années, on trouve le PER et le PEA. Tous deux bénéficient d’une fiscalité avantageuses mais, PER et PEA ont chacun leurs spécificités. Pour les épargnants, il n’est pas toujours simple de faire un choix entre ces deux placements. Combien rapporte un PER vs un PEA ? Quel contrat choisir pour préparer la retraite ? Comment choisir entre PER et PEA ? Nous vous expliquons tout ce que vous devez savoir sur le Plan épargne retraite et le Plan épargne par actions.

Préparez votre retraite tout en réduisant vos impôts

PER et PEA : fonctionnement et modalités d’investissement

Le PER et le PEA permettent tous les deux d’épargner et d’investir tout en bénéficiant d’une fiscalité intéressante. Il s’agit cependant de deux produits bien différents, avec des modes de fonctionnement distincts.

Comment fonctionne le PER ?

Créée par la Loi Pacte en 2019, le Plan Epargne Retraite, ou PER, permet d’épargner afin de se constituer un complément de revenu en vue de la retraite. Il peut être alimenté librement, par des versements ponctuels ou programmés du montant de votre choix. Les versements effectués sur un PER permettent d’obtenir un avantage fiscal, car ils sont déductibles de votre revenu imposable. Les fonds placés sur un PER restent en principe bloqués jusqu’à l’âge de la retraite, même si la loi prévoit quelques exceptions. Il est notamment possible de débloquer un PER avant l’échéance en cas d’accident de la vie, ou pour acquérir sa résidence principale. Une fois à la retraite, la sortie du PER peut se faire en rente viagère, en capital, ou en combinant les deux.

Avec un PER, vous aurez accès à deux types de supports d’investissement :

  • Un fonds en euros : Il s’agit d’un support sécurisé et garanti. Le capital investi est ainsi intégralement garanti par l’assureur. Il génère des intérêts compris entre 0,90 et 2% par an net de frais en moyenne.
  • Des unités de compte (UC): Ces supports ne sont pas garantis, et ils présentent un risque de perte en capital. En contrepartie, ils permettent d’espérer des gains beaucoup plus importants. Il peut s’agir de titres en direct (actions, obligations) ou bien de fonds déjà diversifiés, comme des OPCVM ou des trackers.

Comment fonctionne le PEA ?

Le PEA, ou Plan d’épargne en actions est une enveloppe fiscale réglementée, créée pour inciter les français à investir sur les marchés européens. Comme le compte-titres, il s’agit d’un portefeuille permettant d’acquérir et de loger des titres et valeurs mobilières. Il se compose d’un compte espèce alimenté en numéraire, qui servira à investir et à recevoir les revenus et plus-values, et d’un compte-titres, sur lequel sont inscrits vos titres et valeurs mobilières. Les gains du PEA ne sont imposés qu’en cas de retrait, et ils sont exonérés d’impôt sur le revenu après 5 ans de détention.

Le PEA permet d’investir sur une vaste gamme d’actifs français et européens. Les titres éligibles au PEA doivent ainsi appartenir à l’un des deux catégories suivantes :

  • Actions, certificats d’investissements ou parts de SARL d’entreprises de l’Union européenne, d’Islande, de Norvège ou du Lichtenstein.
  • Parts de fonds de placement collectifs diversifiés (OPCVM, SICAV, ETF…) investis à 75% en titres d’entreprises européennes. Certains trackers (ou ETF) éligibles permettent cependant de répliquer les performances d’indices étrangers ou mondiaux.
Découvrez notre classement des plans d’épargne en actions et sélectionnez le plus adapté à votre situation

Quelles sont les différences entre le PER et le PEA ?

En plus des supports d’investissement qui ne sont pas les même, PER et PEA présentent plusieurs différences importantes.

  • Accessibilité : Le PER est ouvert à tous, sans conditions d’âge (un mineur ou un retraité peuvent souscrire un PER) ou d’activité professionnelle. Comme pour l’assurance vie, il est possible d’ouvrir plusieurs PER. L’accès au PEA est plus réglementé, car il faut être majeur pour y souscrire.
  • Plafond : Il n’y a aucun plafond de versement pour le PER. En revanche, le PEA est plafonné à 150 000€ de versements. En complément, il est possible d’ouvrir un PEA-PME, avec un plafond de 75 000€.
  • Durée du placement : En dehors de certains cas précis, l’épargne placée sur un PER reste bloquée jusqu’à l’âge de la retraite. Pour le PEA en revanche, il est théoriquement possible de retirer les fonds quand vous le souhaitez. Tout retrait avant 5 ans entrainera cependant la fermeture du PEA.
  • La sécurité du capital : Avec un PER, vous pouvez placer votre argent sur un fonds euro ou des unités de compte. Si ces dernières présentent un risque de perte, le fonds en euros est garanti et sécurisé (y compris pour les intérêts acquis). Le PER permet donc de sécuriser son capital, par exemple pour éviter les pertes à l’approche de la retraite. Les supports proposés sur un PEA n’offrent en revanche pas de garanties, même si certaines stratégies d’investissement sont moins risquées que d’autre. Que vous optiez pour des actions ou bien des fonds diversifiés, vous risquez donc de perdre tout ou partie des fonds investis.

Quelle fiscalité pour le PER vs PEA ?

PER et PEA permettent tous deux de profiter d’un cadre fiscal avantageux. Dans le cadre d’un PER, vous pourrez déduire vos versements de votre assiette fiscale, et ainsi faire baisser le montant de votre impôt. Pour le PEA, c’est la fiscalité à la sortie qui est intéressante. En effet, les gains sont exonérés d’impôt en cas de retrait, à certaines conditions.

Confiez la gestion de votre retraite à un professionnel spécialisé

La fiscalité du PER : un avantage à l’entrée

Les versements effectués sur votre PER sont déductibles de votre assiette fiscale. En faisant baisser votre revenu imposable, vous pourrez donc réaliser une économie sur le paiement de votre impôt. La déduction n’est cependant possible que dans les limites d’un plafond qui dépend de votre statut professionnel.

Si vous êtes salarié, fonctionnaire ou assimilé, vos versements sont déductibles dans la limite du plus élevé de ces deux plafonds :

  • 10% des revenus professionnels de N-1, nets de cotisations sociales et de frais professionnel dans la limite de 8 PASS, soit 37 094,40 € de déduction maximale pour les versements réalisés en 2024.
  • 10 % du PASS N-1, soit 4 399,20 € en 2024. Si vous ne percevez pas de revenus professionnels, c’est ce plafond qui s’applique par défaut.

Si vous êtes travailleur non salarié, le plafond applicable est le plus élevé de ces deux montants :

  • 10 % des bénéfices imposables de 2024, dans la limite de 375 936 € + 15% des bénéfices imposables compris entre 1 et 8 PASS, donc entre 46 368 € et 375 936 €.
  • 4 399,20 € + 15% de votre bénéfice imposable compris entre 1 et 8 PASS.

Le plafond annuel de la Sécurité sociale (PASS), utilisé pour calculer le plafond de déductibilité de certains produits d’épargne et d’assurance, a été fixé à 46 368 € pour 2024.

La déduction fiscale à l’entrée du PER est particulièrement avantageuse pour les contribuables fortement imposés. Si vous êtes peu ou pas imposé, il pourra au contraire s’avérer préférable de renoncer à déduire vos versements, afin de bénéficier d’une fiscalité plus douce à la sortie.

PEA : une fiscalité avantageuse sur les retraits

Avec le PEA, l’avantage réside dans la possibilité de retirer les fonds avec une exonération d’impôts. La fiscalité du PEA sur les gains retirés dépendra alors de la durée de détention.

En cas de retrait avant 5 ans de détention : Les intérêts et plus-values sont assujettis au prélèvement forfaitaire unique (PFU), au taux de 30%, dont 12,8% d’impôt sur le revenu et 17,2% de prélèvements sociaux. Par ailleurs, le retrait entraine la clôture du PEA, sauf dans certains cas exceptionnels.

En cas de retrait après 5 ans de détention : Les gains (intérêts et plus-values) sont entièrement exonérés d’impôt sur le revenu. En revanche, ils restent soumis aux prélèvements sociaux de 17,2%. Le retrait après 5 ans n’entraine pas la clôture du Plan, et il reste possible d’effectuer des versements par la suite.

Durée de détention Conséquences en cas de retrait Fiscalité sur les gains
Moins de 5 ans Clôture du contratPrélèvement forfaitaire unique de 30% (12,8% d’impôt sur le revenu + 17,2% de prélèvements sociaux)
Plus de 5 ansLe PEA reste ouvert et vous pouvez effectuer de nouveaux versementsPrélèvements sociaux de 17,2%
Fiscalité du PEA selon la durée de détention

Notre avis sur le choix d’un PER ou d’un PEA

Selon nous, il n’y a pas lieu d’opposer PER et PEA. Ces deux contrats sont très différents, et ils ne joueront pas nécessairement le même rôle dans votre stratégie patrimoniale. Votre choix dépendra donc surtout de vos objectifs principaux, et de votre appétence au risque.

Quel contrat choisir pour préparer la retraite ?

Si votre objectif principal est d’épargner pour la retraite, le PER s’avérera souvent plus intéressant que le PEA. En effet, il vous permettra de sécuriser votre épargne retraite, tout en défiscalisant grâce à la déduction à l’entrée. Il y a également des avantages à opter pour le PEA, à condition d’employer une stratégie d’investissement adaptée.

Le PER est taillé pour la préparation de la retraite sur le long terme. En plus des unités de compte pour diversifier vos investissements, vous aurez accès à un fonds en euro, qui vous permettra de sécuriser votre épargne progressivement. Par ailleurs, le PER a bénéficié de plusieurs assouplissements par rapport aux anciens produits d’épargne retraite. Vous pourrez notamment sortir intégralement sous forme de capital, débloquer votre contrat pour acquérir une résidence principale et en passant par un professionnel, vous pourrez obtenir un contrat peu chargé en frais. Mais l’atout principal du PER reste sa fiscalité très avantageuse, qui le rend incontournable pour les contribuables fortement imposés.

Quant au PEA, c’est un produit bancaire, qui présente un risque de perte en capital. Par conséquent, mettre le PEA au cœur de votre stratégie d’épargne en vue de la retraite peut présenter des incertitudes. En cas de forte baisse des marchés boursiers à l’approche de la retraite, vous pourriez par exemple avoir de très mauvaises surprises. En outre, vous ne pourrez y verser que 150 000 €, alors qu’il n’y a pas de plafond de versement sur un PER. Si vous optez pour le PEA afin de préparer la retraite, nous vous conseillons d’adopter une stratégie passive, en investissant sur des trackers, ou ETF. Ce sont des fonds indiciels, qui ont la particularité de répliquer un indice boursier, comme le CAC 40. Peu chargés en frais, ils s’avèrent plus performants que les fonds actifs sur le long terme dans 90% des cas.

Faut-il choisir le PEA ou le PER pour investir ?

Si votre objectif est de rechercher la performance pour vos investissements tout en bénéficiant d’un contrat flexible, le PEA pourra s’imposer comme un choix plus judicieux que le PER. En effet, même si ce dernier est moins rigide que ses prédécesseurs, le principe reste de bloquer les fonds jusqu’à la retraite. De plus, malgré la gamme variée de supports en unités de compte proposés dans un bon PER, le choix d’actifs sera toujours plus limité que dans un PEA.

A l’inverse, le PEA est un contrat flexible, car après 5 ans de détention, vous pourrez retirer vos gains à tout moment avec une fiscalité très intéressante. Votre PEA vous permettra ainsi d’investir et d’épargner pour toutes sortes d’objectifs à plus ou moins long terme. Avec un PEA, vous aurez de plus accès à plusieurs milliers d’actions d’entreprises européennes et de fonds éligibles. Certains trackers offrent même la possibilité d’investir hors de l’Europe, par exemple sur les marchés mondiaux ou asiatiques. Le PEA s’impose donc comme un indispensable pour les investisseurs qui souhaitent profiter d’un cadre fiscal avantageux pour élargir leurs perspectives d’investissement.

Même si vous n’envisagez pas d’investir via un PEA dans l’immédiat, nous vous conseillons tout de même d’en ouvrir un pour « prendre date ». En effet, après 5 ans de détention de votre PEA, les gains (mêmes issus de nouveaux versements) seront définitivement exonérés de l’impôt sur le revenu.

Découvrez les spécificités et le classement des meilleurs PER
Votre nom est requis.
L'email est requis. Il ne sera pas publié.
Il est nécessaire de nous dire quelque chose.
2 commentaires
GASSETTE, le 20 juin 2023

Dans quelle banque ouvrir un pea?

Répondre
Expert
Benoît Fruchard, le 21 juin 2023

Bonjour,
Vous pouvez utiliser notre comparateur de PEA pour vous aider à choisir.
Nous avons une préférence pour les offres de Fortuneo et de Bourse Direct.

Répondre