Qu’est-ce que la gestion pilotée ? Notre comparatif

Expert
Par Benoît Fruchard
Mis à jour le 04 novembre 2022

L’assurance-vie et d’autres supports (compte-titres, PER…) peuvent être en « gestion pilotée ». Par opposition à la gestion libre, c’est ici une société de gestion qui gérera les avoirs les avoirs placés par les épargnants sur leur contrat. Une bonne solution, donc, pour tous ceux qui ne souhaitent pas arbitrer leurs actifs eux-mêmes, par manque de temps ou de connaissances. Comment fonctionne la gestion pilotée ? Combien elle coûte ? Faut-il choisir ce mode de gestion pour son assurance-vie ? Faisons le point ensemble !  

La gestion pilotée en assurance-vie, c’est quoi ?

Gestion pilotée : définition 

La gestion pilotée est un mode de gestion disponible, notamment, en assurance-vie. Elle s’oppose à la gestion libre, où l’épargnant arbitre seul ses avoirs. En gestion pilotée, aussi appelée gestion sous mandat ou gestion déléguée, vous ne vous occupez de rien, ou presque. Des experts prennent les décisions de placement à votre place

Sur votre assurance-vie, vous pouvez opter pour une gestion pilotée, une gestion libre, ou un mélange des deux (pour certains contrats seulement). C’est vous qui choisissez ! 

L’objectif de la gestion pilotée est simple : chercher le meilleur rendement possible selon un niveau de risques adapté à votre situation / profil. Il s’agit d’un mode de gestion idéal, notamment, pour les épargnants qui n’ont pas le temps ou les connaissances pour gérer leur contrat eux-mêmes. 

La gestion déléguée est proposée par la majorité des assurances-vie « multisupport ». Ces dernières vous permettent d’investir en fonds euro et en « unités de compte ». Du fait de la  grande variété d’unités de compte qui existent (fonds, produits financiers complexes…), faire les bons choix est loin d’être simple. Et c’est pour cette raison que la gestion pilotée a tant d’intérêt : vous confiez cette mission à une société de gestion, un conseiller en gestion de patrimoine, une banque, un assureur… 

Plusieurs modes de gestion sous mandat existent. La gestion pilotée peut être en « sécurisation progressive ». Avec celle-ci, plus vous êtes loin de la retraite, plus vos avoirs sont placés sur des supports dynamiques, afin de chercher un bon rendement. Plus la retraite approche, plus l’épargne est repositionnée sur des supports sécuritaires. On trouve aussi par exemple la gestion profilée (qui dépend du profil de risques : prudent, équilibré, dynamique…). 

Trouve-t-on de la gestion pilotée pour d’autres produits d’épargne ?

La gestion pilotée ne se limite pas à l’assurance-vie. Vous pourrez opter pour une gestion pilotée pour votre PER, Perco, PEA ou même compte-titres

La gestion pilotée est par exemple le mode « de base » pour le plan épargne retraite. 

Faut-il opter pour la gestion pilotée en assurance-vie ? Notre avis

Sur son assurance-vie, faut-il opter pour de la gestion pilotée ou de la gestion libre ? En fait, il n’y a pas de bonne réponse. Tout dépend de votre profil de risques, de vos objectifs, de votre horizon de placementEt surtout de votre degré de connaissances en instruments et marchés financiers

C’est à l’ouverture de l’assurance-vie que l’on choisit son mode de gestion. Il est toutefois souvent possible de le changer par la suite, et de passer par exemple d’une gestion libre à une gestion sous mandat.

L’assurance-vie vous donne accès à un large panel d’unités de compte (des centaines pour certains contrats). Cette richesse laisse espérer un beau potentiel de rendement et une bonne diversification. Mais encore faut-il avoir les connaissances pour. 

La gestion pilotée s’adresse à ceux qui ne souhaitent pas arbitrer leur contrat eux-mêmes. Avec ce mode, la gestion est assurée selon, par exemple

L’avantage de la gestion pilotée (de la gestion sous mandat de manière générale), c’est que vous « donnez » les clés de votre contrat à des professionnels. Ils analysent les marchés, les tendances, les prévisions… et sélectionnent les fonds et supports qui présentent le meilleur couple rendement / risques. 

L’inconvénient majeur de la gestion pilotée, c’est qu’elle a un coût. Il faut en effet rémunérer la société de gestion. Le rendement du contrat devra donc venir compenser les frais en plus. 

Comment trouver la meilleure gestion pilotée en assurance-vie ?

La plupart des contrats d’assurance-vie que l’on trouve sur le marché offrent ce mode de gestion. Pour certains, ce sera plutôt de la gestion pilotée, pour d’autres, de la gestion profilée… Quoi que vous cherchiez, il faudra comparer. Toutes les gestions ne se valent pas. Les banques et courtiers en ligne se démarquent souvent à ce niveau. Et ça se voit au niveau des rendements. Nous pensons par exemple à la gestion pilotée de Fortuneo, de Linxea ou des contrats de Cleerly. 

Même s’il est impossible d’étudier l’ensemble du marché de la gestion pilotée en assurance-vie, nous avons quand même sélectionné quelques offres qui sortent du lot

CLEERLY 

FORTUNEO 

LINXEA 

Comment comparer des gestions pilotées en assurance-vie ?

Les banques, banques en ligne, assureurs, associations d’épargnants… sont nombreux à proposer leur(s) contrat(s) maison. Pour bien choisir son contrat d’assurance-vie en gestion pilotée, il faut donc savoir quels critères observer pour comparer les offres.

Pour vous aider, nous vous proposer une petite liste des principaux éléments à prendre en compte pour comparer des gestions pilotées (en assurance-vie) : 

N’hésitez pas à aller voir du côté des banques en ligne et assurances-vie en ligne. Elles sont souvent moins gourmandes en termes de frais et affichent de beaux rendements. Nalo ou Yomoni, pour ne citer qu’eux, sont régulièrement récompensés pour leurs contrats. 

Quels sont les frais d’une gestion pilotée en assurance-vie ?

Le contrat d’assurance-vie en lui-même est soumis à des frais. Ils sont plus ou moins nombreux selon les banques et assureurs. 

En assurance-vie multisupport, on trouve déjà les fameux frais de gestion. En moyenne, comptez entre 0,5 et 1 % annuels : autour de 0,5 % en moyenne pour le fonds euro, et plutôt 0,9 % pour la fraction en unités de compte. Les contrats les plus gourmands prélèvent jusqu’à 1,3 % pour les unités de compte. Fuyez ceux qui ponctionnent encore plus. 

Voici quelques exemples des frais de gestion sur les unités de compte : 

Frais de gestion UC
Fortuneo0,75 % (0,85 % en gestion pilotée)
BforBank0,85 %
Cleerly0,85 %
Les frais de gestion sur les unités de compte

D’autres frais s’appliquent aussi à l’enveloppe fiscale qu’est l’assurance-vie : frais sur versement, frais d’arbitrage… Tout dépend ici de l’entité qui commercialise le contrat. La plupart des banques en ligne « offrent » la plupart de ces frais. 

Au delà des frais propres à l’assurance-vie elle-même, il faut aussi ajouter les frais inhérents à la gestion pilotée, si c’est le mode qui a été retenu par le souscripteur. La gestion sous mandat a toujours un coût : la société de gestion doit bien se rémunérer. 

Comptez entre 0,1 et 0,2 % pour la gestion, qui viennent s’ajouter aux frais de gestion des unités de compte. Il faudra également ajouter les frais propres aux supports (OPCVM, FCP etc.), et donc aux unités de compte elles-mêmes. À ce niveau, les ETF sont préférables, car « moins chers » en termes de frais. Il peut donc être judicieux de se tourner vers ce type d’offres. 

Fortuneo, par exemple, prévoit des frais globaux, pour la gestion sous mandat, de 2,85 % à l’année. Ils se décomposent comme tels : 0,75 % de frais de gestion, 0,1 % pour le gérant et 2 % pour les frais propres aux supports (OPCVM). 

Il est nécessaire de remplir ce champs.
Votre nom est requis.
L'e-mail est requis. Si vous ne voulez pas le donner, écrivez [email protected]